Famille

La fatigue parentale

12/02/2018
fatigue parentale

Maman depuis 3 ans ½, j’ai une nouvelle amie, la fatigue parentale ! Elle ne me quitte plus depuis la naissance de mes enfants et surtout du petit dernier, Louis, bientôt 20 mois.

Depuis la naissance de Louis, mon réveille-matin a une apparence humaine, crie maman et n’inclut pas la fonction snooze.

La fatigue parentale, c’est quoi ?

Une fatigue qui s’accumule doucement mais sûrement, une fatigue qu’on n’a pas envie d’avoir, une fatigue qu’on ressent toute la journée, une fatigue qui nous fait même coucher avant que le film du soir commence…

Moralement, ça va je tiens le coup. C’est physiquement que c’est dur !

J’ai des cernes de 10km sur le visage. Je commence à avoir une peau à problèmes. Je suis devenue une accro à mes tasses de café ! Il m’arrive d’oublier de faire des trucs alors qu’avant j’avais une mémoire d’éléphant.

Il est vrai que je suis une maman active qui voit ses enfants, une heure le matin et une autre heure le soir ainsi que les weekends. Pour moi, quand je rentre du bureau, j’ai quand même une deuxième journée qui commence avec les bains, les diners, les jeux du soir, les histoires et le couchage. Je suis maman célibataire 3 jours par semaine car mon mari travaille encore sur Paris en début de semaine. Je n’ai personne pour m’épauler le soir quand les enfants sont super excités et que moi, je veux aller me coucher.

Le weekend, je rêve de ma sieste ! Malheureusement, Louis, oui, encore lui, aime bien profiter de ses parents le weekend et fait des siestes très courtes. A peine posée sur mon lit que je l’entends qui m’appelle de son lit. Donc je n’ai pas le temps de me reposer non plus le weekend…

La fatigue commence à s’accumuler petit à petit. Des fois, le dimanche soir, j’ai hâte de reprendre le travail le lundi matin, tellement les enfants m’ont « fatiguée ».

Mais bon, ce sont bientôt les vacances scolaires ! Les enfants vont aller chez leurs grands-parents. Je vais pouvoir me reposer…

Vous savez, je les aime mes enfants même si je suis fatiguée. J’aime jouer avec eux, sortir dehors m’occuper de nos poules avec eux. Ce qui m’embête le plus est que du fait de la fatigue, je sois peut-être un peu moins patiente que si j’avais une bonne nuit de sommeil dans les pattes ! Je me dis que ça va durer encore quelques années, le temps qu’ils grandissent. Après c’est moi qui les réveillerais après qu’ils soient sorties toute la nuit !

Et vous, les mamans lectrices, vous connaissez la fatigue parentale ?