Le deuil d’un enfant : les premières fois

Avec le deuil d’un enfant il faut apprendre à vivre ses premières fois. C’est-à-dire tous ces moments où il aurait dû être parmi nous ces moments de fête de bonheur ou finalement il ne sera pas présent. Les premières fois arrivent et la tristesse avec…

Aujourd’hui, c’est mon anniversaire. Du coup, c’est la première fois depuis trois ans que je ne fête pas mon anniversaire avec petit Louis. Et un moment difficile pour moi en tant que maman de ne pas avoir d’avoir un baiser, un câlin de ce petit loulou d’amour.

Ce week-end, nous sommes allés à Center parcs avec des amis. Ce week-end, nous l’avions planifié depuis juin dernier. Ça devait être un week-end où nous devions emmener Henri et Louis. J’ai très mal vécu son absence, ce manque. En plus ,il y avait beaucoup d’enfants d’amis avec des âges similaire à notre Louis. Je sais que je ne peux pas ne pas vivre, ne pas partager des moments avec mes amis et leurs enfants juste parce que mon enfant, qui a le même âge que les leurs, est décédé. Je ne peux pas me couper de mes amis car Louis n’est plus parmi nous.
Il est vrai que durant ce week-end je me suis quand un peu isolée pour pouvoir parler me recueillir avec Louis. J’avais besoin de ce moment pour moi avec lui afin de mieux appréhender vivre ce week-end où il aurait dû être avec nous.
Vivre mon anniversaire et ce week-end sans Louis sont très durs pour moi. Il est vrai que j’ai du mal à vivre ses premières fois où il n’est pas présent parmi nous pour vivre ces moments de bonheur de joie. Des premières fois il va y en avoir d’autres prochainement comme Noël, son anniversaire en avril, le jour de son décès en août et bien d’autres encore que je n’ai pas encore appréhender.

Heureusement, j’ai la chance d’être soutenu par mon mari, ma famille, mes amis, de tirer une force de mes garçons, Henri et Martin, qui me permettent de me lever le matin, de m’occuper au mieux d’eux. Même si je n’ai pas encore repris le travail, chaque chose en son temps.
Vivre son deuil et notamment le deuil d’un enfant de façon brutale, il est vrai, est un combat de tous les jours qu’il va falloir que j’apprenne à mener. À moi de trouver les outils qui me permettront de mieux vivre ce deuil.
J’envisage de mettre au yoga. Il paraît que c’est relaxant et ça permet de se vider la tête (mes deux soeurs sont limites accro). C’est sûr que je ne pourrai pas oublier Louis, la douleur de son absence avec un cours de yoga mais peut-être que prendre du temps pour moi me permettra de me mieux vivre cette absence au quotidien.
Reprendre mon blog fait partie également de la liste des choses que j’aimerais mettre en place dans les jours, semaines et mois à venir. C’est mon psychiatre qui m’a conseillée de petit à petit rajouter à mon quotidien les choses qui me donnent du plaisir. J’ai rejoint également l’association des parents d’élèves de l’école des enfants afin de me rendre utile dans un domaine la communication que j’affectionne tout particulièrement.

Lors de mon précédent l’article sur le deuil, je vous avais parlé dans le livre que j’avais lu nos étoiles ont filé d’Anne-Marie Revol . Dans ce livre, l’auteure écrit à ses deux filles, décédées dans un incendie comme Louis, tous les jours ou presque. Pour l’instant sur le carnet que j’ai posé sur ma table de nuit, j’ai écrit que très peu de fois à Louis mais écrire cet article ou le précédent me permettent aussi de “vider mon sac”, d’exposer mon ressenti, ce que je vis au quotidien. Je ne pense pas que je vais tourner le blog uniquement sur la thématique du deuil mais j’en parlerai sûrement de temps en temps quand j’en ressentirais le besoin.
Du coup, je vous donne rendez-vous prochainement sur le blog pour de nouveaux articles notamment des idées d’activités pour Noël, un article sur la thématique des animaux de la banquise, un autre sur la thématique du cirque ( projet pédagogique de l’école maternelle de Henri cette année) que je pense exploiter sur le blog.
À bientôt pour de nouveaux articles
Astrid

14 comments
  1. Hello Astrid, je suis totalement bouleversée par ce que je suis en train de lire. Je ne savais pas, je n’avais pas vu et je te présente toutes mes condoléances. Je ne peux imaginer ce que tu dois vivre et je te trouve très courageuse. Je te souhaite d’arriver à trouver un équilibre le meilleur qui soit pour ta famille et pour toi-même. Gros bisous

  2. Quel bonheur de te lire et j’ai hâte de lire les prochains articles.
    Je pense fort à toi et à Louis.

  3. comme les filles je découvre ce qu’il s’est passé et c’est terrible
    comme toi je suis maman, je suis une louve, une passionnée et franchement la seule chose dont j’ai envie là c’est de te serrer très fort dans mes bras
    je t embrasse

  4. Coucou !
    Je ne suis pas maman mais je me doute que ta peine doit être immense… Nous ne pensons pas à cette facette de la vie quand nous faisons des enfants. De plus, Louis est partie de manière brutale, c’était un accident. C’est tellement normal d’appréhender ces premières fois mais l’essentiel c’est que tu sois soutenue par tes proches. Le fait d’en discuter avec un psy doit également te faire du bien dans ce processus de deuil.
    J’espère que tu vas réussir à trouver un nouvel équilibre auprès des tiens.
    Pleins de bisous

  5. C’est quelque chose qu’on n’envisage jamais car ce n’est pas dans l’ordre des choses.
    La douleur doit être si intense, un mélange d’injustice, d’incompréhension… Parler de ce deuil, partager cette terrible épreuve peut t’aider, mais aussi aider les parents qui vivent la même tragédie.
    Parvenir à retrouver un équilibre demande du temps, beaucoup de temps. Je te trouve vraiment très courageuse de parler de ton ressenti sur ces premiers moments sans Louis. ça a dû être tellement difficile.
    Je t’envoie toutes mes affections

  6. Ma belle, j’ignorais ce qui c’est passé et je te présente toutes mes condoléances. Mes mots ne seront jamais assez forts mais j’espère que tu arriveras à trouver la force pour surmonter ça entourée de tes proches !!

  7. Je découvre avec tristesse ton histoire, ton deuil en lisant ces lignes. Je te trouve très courageuse et te présente à toi aussi qu’à toute ta petite famille toutes mes condoléances.

  8. Coucou, ton article est vraiment bouleversant, je n’ai aucun mot et je n’ose pas imaginer ce que tu vis…
    Tu es très forte et je t’envoie toutes mes pensées

  9. Ce que tu écris et décris-là est tellement, tellement bouleversant … C’est incroyable à quel point on peut ressentir la douleur de l’autre personne même à travers un écran !
    Je te souhaite beaucoup, beaucoup de courage ! Force à toi !:(

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

You May Also Like